Sur ce site, nous utilisons des cookies.

Hors d'œuvre

Christian Prunier était déjà un créateur en herbe, en effet, à l’âge de 17 ans il écrivit plusieurs chansons dont : " Ho, les filles, Ho, les filles "
Et si les filles l’affolent beaucoup moins aujourd’hui, il demeure en lui une âme d’adolescent, amoureux de la création qu’elle soit plastique ou musicale.
Car si l’une des caractéristiques de cette période est de s’ouvrir aux autres, de bouger, de découvrir la faculté de penser, bref de communiquer ; il ressort au sein de ses peintures un témoignage de tout cela, une multitude de visions éparses de la vie.

Christian Prunier est quelqu’un de " singulier " mais cependant un homme " pluriel "

Homme de " son je "

Homme d’harmonie
Le rythme dans la peau, il fait parfois résonner des couleurs rock’n roll, ou bien encore les fait fondre entre elles suggérant ainsi de langoureux slows.

Homme d’aventure, de voyages mentaux, son imaginaire galope par monts et par vaux et nous raconte des histoires d’êtres blancs, jaunes, noirs, rouges et parfois bleus. (si j’écris : galope, c’est que le cheval est le seul animal omniprésent au sein de sa production artistique).

Homme d’ambiance
Il devient décorateur en peignant des " intérieurs ", des natures mortes plus vivantes, parfois que certains domiciles...

Homme de matière
Qui vit le confort dans le pouvoir spontané de la créativité et qui cherche à mettre en relief la dite : MATIERE sous forme d’une transparence toute relative.

Homme de translucisme
Aimant faire glisser les huiles sur une surface lisse et plane créant ainsi une atmosphère dans laquelle la pluralité des couleurs nous apporte une sensation d’unité profonde.

Homme de provocation, de dualité
Dans le sens noble du terme, il provoque chez chacun des sentiments aussi bien de bien-être que d’insécurité.

Homme de construction
On peut ressentir en Christian Prunier comme une prédestination à l’architecture. Un de ses grands thèmes (exploités aussi bien par la technique de la matière que la technique du translucisme) est la ville, la cité. Et cela se manifeste autant dans son art abstrait que figuratif.

Homme : femme de pudeur
Faisant apparaître parfois une sensualité discrète et parfois même timide. La femme est souvent dépeinte comme une personne altière et quelque fois mystique.

Homme de partage
Sachant faire valoir, faire surgir, à qui le veut et le peut son potentiel imaginaire et créateur.

Christian Prunier est un homme de home mais point de OM, considérant la spiritualité au sein de toute manifestation créative.
Christian peint ou construit des œuvres vibrant telles des partitions, chaque couleur étant une note.
Et si " l’éventail " a fait longtemps parti de ses formes d’expression, ce n’est certes pas un hasard, il aime tant à vous éventer sous le moindre souffle d’inspiration.

Marie-Christine Besse, sa dernière compagne